Capsule septembre 2014 – si vous avez survolé l’info au mois d’août, ça suffit

Classé dans : Anciennes capsules | 1

Bonne rentrée à tous !

En vacances ou non, au mois d’août, tout le monde est en principe un peu au ralenti… et pourtant, de tous les côtés, ils se sont passés le mot : ça suffit.

De l’Ukraine (ça suffit l’invasion) au gouvernement français (ça suffit d’être socialiste) en passant par l’Irak (ça suffit d’avoir des têtes sur les épaules (pardon)) , Gaza (ça suffit de se tirer encore dessus) et la zone euro (ça suffit l’inflation), j’en oublierais presque de faire mon Ice Bucket Challenge (oh wait cf. ci-dessous « parce que finalement on s’en fout » ).

Capsule évolue bientôt, mais ce n’est pas une raison de se priver du récap’ du mois.

11 sujets, 11 petites synthèses, c’est parti

Si vous avez survolé l’info au mois d’août 2014 …

  • Un accord de cessez-le-feu a été annoncé suite à cinquante jours de conflit israelo-palestinien

Dans la série “les guerres qu’on a grandi avec” (copyright Julie M-T), je demande Israël-Palestine : ça fait des dizaines d’années que ça dure, ils ont remis ça début juillet et ça s’est de nouveau arrêté le 26 août (alleluia (pardon)).

N’ayant aucune envie de jouer à “c’est lui qui a commencé”, pas davantage à “c’est toi l’antisémite / c’est toi l’islamophobe”, je vais juste tenter d’être un peu claire pour celui qui n’aurait vraiment rien suivi.

Source : Ceriscope
Carte d’Israël de 1947 à nos jours – Source : Ceriscope

Schématiquement :

    • Les palestiniens (majoritairement musulmans, soutenus par des forces paramilitaires telles que le Hamas et le Jihad islamique) et les israeliens (principalement juifs, Israël s’auto-définissant comme Etat du peuple juif) se battent régulièrement faute d’accord, notamment, sur le tracé des frontières entre Israël et Etat palestinien (qui ne gagne pas vraiment du terrain, voir la carte ci-dessus) ou encore sur le statut de Jérusalem et des lieux saints. Le tout malgré des centaines de résolutions des Nations Unies pour tenter de résoudre le conflit.
    • La bande de Gaza est un bout de territoire occupé par presque deux millions de palestiniens et contrôlé par le Hamas. Elle constitue avec la Cisjordanie l’Etat de Palestine (dont la capitale et les frontières sont indéfiniment débattus et controversés au niveau international, c’est même un des enjeux principaux du conflit israëlo-palestinien).
    • Au sein même du camp palestinien, le Fatah (principal parti de l’Organisation de libération de la Palestine – OLP), présidant l’Autorité palestienne, n’a aucune autorité sur la bande de Gaza (même si le Hamas et le Fatah ont signé en avril dernier un nouvel accord de réconciliation dans l’attente d’élections qui n’ont toujours pas eu lieu – un problème à la fois – respirez)
    • Le Hamas est considéré comme une organisation terroriste notamment par la plupart des pays de l’Union Européenne, par les Etats-Unis et par le Canada. Or il a perdu ses alliés égyptiens, syriens et iraniens (quoi que ça se discute) ces dernières années, et Israël a affirmé avoir considérablement nui à ses capacités militaires ces dernières semaines. Bref, c’est pas la grande forme, ce qui a permis à l’Autorité Palestinienne, plus large que le Hamas (je viens de le dire), de participer aux négociations pour un cessez-le-feu de longue durée.
    • Il y aura eu 50 jours de guerre de Gaza en été 2014, avec 2000 morts côté palestinien (dont 478 enfants) et 68 côté israelien. Pour tous les autres détails, voir par exemple cette bande chronologique interactive publiée par Le Parisien.

 

  • L’Union européenne et les Etats-Unis ont adopté des sanctions à l’encontre de la Russie, accusée par l’Ukraine quelques semaines plus tard d’invasion directe 

Fin juillet, deux avions de chasse ukrainiens étaient abattus à l’est du pays par des missiles provenant du territoire russe, à quelques kilomètres du crash du vol MH17 de Malaysia Airlines survenu quelques jours plus tôt (rappel : ce vol avait également été touché par un missile, tiré depuis une zone ukrainienne contrôlée par les séparatistes prorusses).

Au bout d’un moment, cela commence à bien faire : l’Union Européenne, qui cherche depuis 2012 à ratifier des accords de libre-échange et d’association politique avec l’Ukraine, a enfin réagi. Le Coreper (Comité des représentants permanents – Council’s Committee of Permanent Representatives) a ainsi adopté le 29 juillet un certain nombre de sanctions économiques, militaires, technologiques et énergétiques à l’encontre de la Russie ainsi que certaines restrictions à l’encontre de la Crimée et de la ville de Sebastopol (occupés depuis fin février-début mars par des pro-russes puis comme par hasard devenus “sujets fédéraux de la Fédération de Russie” depuis un référendum du 16 mars – annexés par la Russie donc, on peut le dire).

Quelques heures après l’UE, les Etats-Unis enchaînaient en annonçant un certain nombre de sanctions économiques visant “des secteurs clés de l’économie russe”.

Carte de l'Ukraine, de la Crimée et des pays limitrophes - Source : Libération
Carte de l’Ukraine, de la Crimée et des pays limitrophes – Source : Libération

Un mois après l’annonce de ces sanctions et un court cessez-le-feu, l’Ukraine a souligné l’intention de la Russie de bloquer le transit de gaz cet hiver, y compris vers les pays de l’UE (qui en ont pourtant bien besoin).

Le 29 août enfin, elle a demandé une aide militaire directe de l’Union européenne pour contrer l’invasion dont elle s’estime victime de la part des forces armées russes. Oui, ça promet.

  • 147 jours après son entrée en fonction, le premier ministre français Manuel Valls a présenté la démission de son gouvernement pour procéder à un simple remaniement ministériel

Le mois dernier, il y avait pas mal de “on s’en fout” dans les dernières initiatives d’Arnaud Montebourg, alors ministre de l’économie (cf. notamment l’installation du “conseil indépendant pour la croissance et le plein emploi”).

Le 24 août, il a fini par cracher dans la soupe en s’exprimant contre la politique économique du gouvernement (euh…) et en particulier les choix budgétaires et la “réduction à marche forcée des déficits” dans la zone euro (bref, contre ce qu’on appelle “la rigueur” ou “l’austérité” par opposition aux politiques dites « de relance »). Benoît Hamon (alors ministre de l’Education) le soutient, Aurélie Filipetti (alors ministre de la Culture et de la Communication) ne tarde pas à suivre.

Bim bam boum. Manuel Valls, Premier ministre, n’est pas content et présente dès le lendemain la démission de son gouvernement au président François Hollande… pour finalement faire un simple remaniement ministériel 36 heures plus tard. Ainsi, 12 ministres conservent leurs fonctions après la nomination du gouvernement dit “Valls II” ; niveau changements :

  • Arnaud Montebourg est remplacé à l’économie par Emmanuel Macron (ancien banquier d’affaires chez Rothschild, ce qui fait un peu tâche avec un président qui se prétendait ‘ennemi de la finance’ il n’y a pas si longtemps)
  • Benoît Hamon est remplacé par Najat Vallaud-Belkacem (auparavant au ministère des Droits des femmes, qui revient à Marisol Touraine toujours ministre des Affaires sociales)
  • Aurélie Filippetti est remplacée par Fleur Pellerin

Avec presque les mêmes, on recommence. Là-dessus,  Manuel Valls reçoit une standing ovation à l’université du MEDEF en claironnant qu’il aime l’entreprise, l’UMP ne sait plus trop quoi dire maintenant que le PS a le même discours que lui, et Marine Le Pen estime que Valls II ne passera pas l’hiver.

Le Premier ministre a enfin annoncé demander prochainement un vote de confiance à l’Assemblée Nationale. Ceci dit, qu’il l’obtienne ou non, avec tout ce bazar au sein du PS, ce sera difficile de faire passer la moindre loi à l’Assemblée, de sorte que le Gouvernement va probablement gouverner par ordonnances (c’est-à-dire, schématiquement, se passer de vote – voir ces explications sur Quoi Info)

En bonus, pour un peu d’histoire sur les gouvernements les plus éphémères, voir cet article de Slate.

L’autre hic dans tout cela, c’est que le président de la Banque Centrale Européenne (BCE) Mario Draghi s’est prononcé fin août à la réunion annuelle des banquiers centraux à Jackson Hole en faveur de la relance (la ligne Montebourg donc). Il a ainsi appelé à des “politiques budgétaires (jouant) un plus grand rôle aux côtés de la politique monétaire” pour sortir la zone euro de la mouise.

  • Le risque de déflation s’accroît au sein de la zone euro

Ces temps-ci, l’Union Européenne n’a vraiment pas que la Russie à fouetter, et avec ou sans Montebourg, le gouvernement Valls II peut difficilement ignorer que la zone euro ne va pas fort et que la rigueur n’est pas vraiment l’option majoritaire. En effet, certains considèrent même que l’euro serait “l’une des plus grandes catastrophes de l’histoire économique”.

Le problème, c’est ce qu’on appelle le risque de déflation, de plus en plus présent dans la zone euro, et comparable à la Grande Dépression d’après la crise de 1929 ou encore à la “Décennie perdue” au Japon dans les années 1990 (dont le Japon ne s’est pas encore sorti, d’ailleurs – voir cette synthèse dans les Echos).

Kesako ? La faiblesse de l’activité économique (chiffres de croissance) dans la zone euro et la baisse des prix (= baisse de l’inflation, qui s’oppose à la déflation) peuvent créer une spirale négative chez les ménages (qui retardent leurs achats en attendant que les prix baissent encore davantage) et les entreprises (qui produisent de moins en moins en anticipant que tout se vendra de moins en moins).

Infographie la spirale déflationniste - Source : L'Humanité
Infographie la spirale déflationniste – Source : L’Humanité

 

C’est la raison pour laquelle Draghi, président de la BCE, s’est prononcé pour assouplir le système monétaire (l’Europe peut difficilement dévaluer sa monnaie et donc jouer sur la valeur de l’euro pour relancer la machine), et c’est aussi la raison pour laquelle il serait opportun d’opter pour des politiques économiques de relance (incluant par exemple des baisses d’impôts) par opposition à des politiques d’austérité (visant notamment à combler les déficits budgétaires).

Que faire, me direz-vous ?

1/ Sortir de l’euro, qui est un obstacle à la reprise, est extrêmement difficile en raison de ce qu’il symbolise (paix, plus jamais ça, tout ça)

2/ Dévaluer l’euro n’est pas une évidence puisque les importations d’hydrocarbures, en dollars, pénaliseraient les coûts de production des Etats membres (et pour les deux tiers des exportations, qui se font entre Etats membres, l’effet serait nul)

3/ Appeler un ami. Ou deux.

  • La guerre civile se poursuit en Syrie avec la prise de contrôle de la région de Raqqa par l’Etat Islamique

Aah, la Syrie. Disons que cela fait plusieurs mois que Capsule reporte le moment de parler de ce sujet, si ce n’est en marge de l’Irak le mois dernier par exemple. Il faut dire que la guerre civile syrienne, c’est pas nouveau : cela a commencé par des manifestations de contestation du régime en mars 2011, et l’escalade se poursuit depuis, en particulier depuis fin 2013-début 2014.

En gros, à ce jour, les deux camps sont le régime syrien de Bachar al-Assad d’une part, une opposition (de moins en moins) hétéroclite d’autre part. Et on a tous bien du mal à dire aujourd’hui qui sont les gentils et qui sont les méchants. 170 000 morts à ce jour, quand même.

  • Côté régime syrien (soutenu notamment par l’Iran, la Chine et la Russie, ces deux derniers s’opposant d’ailleurs au sein du Conseil de sécurité de l’ONU à toute sanction contre la Syrie), Bachar al-Assad a quand même, entre autres, gazé à mort 1400 civils l’an dernier et en est à son troisième mandat à la tête du pays (normal quoi).
  • Côté rebelles, les différents groupes s’entretuent quand ils ne cherchent pas à faire tomber le régime, au point que l’armée syrienne libre (ASL), surtout constituée à l’origine de déserteurs et de membres de la communauté sunnite, est désormais supplantée par des islamistes très peu modérés dont on entend beaucoup parler par ailleurs en Irak, à savoir l’Etat islamique (ex-Etat Islamique en Irak et au Levant, EIIL). Comme il y a de moins en moins de rebelles modérés, le président peut tranquillement prétendre lutter contre des terroristes islamistes, c’est magique.

Pourquoi en parler maintenant ?

Suite à une offensive amorcée le 18 août, l’Etat islamique a pris le 24 août la base aérienne syrienne de Tabqa. Or cette victoire est particulièrement importante pour l’EI puisque les tirs de l’armée syrienne contre Raqqa (Er Raqqah) provenaient essentiellement de cette base aérienne. Finis les tirs depuis Tabqa, l’EI contrôle ainsi la région de Raqqa (Ar Raqqah) et peut avancer vers l’ouest, autrement dit vers Hama (Hamah) et Alep (deuxième ville syrienne).

Carte de la Syrie - Source : Wikia
Carte de la Syrie et des pays limitrophes – Source : Wikia

Et pour la plupart des observateurs, cette défaite du régime syrien face à l’EI est l’opportunité rêvée pour le président Bachar al-Assad de solliciter l’aide de la communauté internationale (“c’est moi le gentil t’as vu”).

  • Les jihadistes ont envoyé des “messages aux Etats-Unis” en publiant et en revendiquant les décapitations du journaliste américain James Foley et d’un combattant kurde en Irak

Comme l’organisation auto-proclamée « Etat islamique » revendique un Etat du même nom recouvrant une bonne partie de la Syrie et de l’Irak, poursuivons en Irak.

Territoire contrôlé et territoire revendiqué par l'EI en Syrie et en Irak en juin 2014 - source : Wikipedia Commons

Territoire contrôlé et territoire revendiqué par l’EI en Syrie et en Irak en juin 2014 – Source : Wikipedia Commons

L’EI, entre autres tares, semble avoir un goût prononcé pour les exécutions spectaculaires, en particulier les décapitations. Même dans une grotte, vous avez probablement vu passer cet été les images de la décapitation du journaliste James Foley, dont la diffusion a été suivie de l’éternel débat « faut-il les montrer pour informer / faut-il ne pas les montrer pour ne pas jouer le jeu des terroristes ». En représailles à l’alliance des Etats-Unis et des Kurdes en Irak, c’est une vidéo de décapitation d’un combattant kurde qui suivait quelques jours plus tard. Et ce n’est certainement pas fini puisqu’il n’est pas encore question de laisser l’EI progresser tranquillement.

Où en sont-ils en Irak ? L’EI progresse dans le nord du pays, les Etats-Unis ont autorisé début août des parachutages humanitaires, la France soutient, mais si tout le monde est à peu près d’accord pour vouloir se débarasser de l’EI, personne ne veut pour le moment une nouvelle guerre en Irak. Ou presque, puisque les Etats-Unis bombardent tout de même (106 frappes au 28 août) en excluant pour le moment des opérations terrestres.

  •  Une épidémie sans précédent de la maladie à virus Ebola se répand en Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone et Nigeria)

Je retire en partie ce que j’ai dit : pour le virus Ebola, ça ne suffit pas (du tout).

L’épidémie est sans précédent en Afrique de l’Ouest (1552 morts au 28 août selon l’OMS), et même le codécouvreur du virus en 1976, le Belge Peter Piot, considère que “tout est réuni pour que cela s’emballe”.

Oui, c’est hyper impressionnant.

Non, les probabilités qu’une pandémie se développe en France sont archi faibles (voir l’excellent article d’Andréa Fradin sur Slate), même si certaines compagnies aériennes ont décidé d’arrêter de desservir les destinations susceptibles de leur faire transporter des personnes atteintes.

Oui, pour les pays foyers et limitrophes, en revanche, c’est affreux.

Epidémie Ebola avec chiffres actualisés au 19 août 2014 – Adolfo Arranz (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Mais aussi

  • En France, les honoraires d’agents immobiliers dépendront désormais de la surface du logement, non du montant du loyer

La MEILLEURE nouvelle du mois. Adopté le 6 août dernier, le décret sur l’encadrement des honoraires d’agents immobiliers entrera en vigueur le 15 septembre prochain. En effet, en application de la loi Alur (loi pour l’Accès au logement et un urbanisme rénové) du 24 mars 2014, ce décret va changer la vie des locataires (surtout parisiens) : désormais les frais d’agence seront compris entre 11 et 15 euros du mètre carré selon la zone concernée (Paris et sa petite couronne, grandes agglomérations ou autres zones).

En pratique, en étant indexés non sur le montant du loyer mais sur la surface, les honoraires d’agence à la charge du locataire vont diminuer de moitié à Paris. Plus belle la vie.

  • Après plus de  10 ans de voyage et 6,4 milliards de kilomètres parcourus, la sonde Rosetta est arrivée à son rendez-vous avec la comète Tchouri 

Lancée le 2 mars 2004 par l’Agence spatiale européenne (ESA), la sonde Rosetta a atteint son objectif le 6 août et est désormais censée rester en orbite autour de la comète Tchouri (diminutif de Tchourioumov-Guérassimenko), et même poser à sa surface un petit engin baptisé Philae le 11 novembre prochain.

Philae serait ainsi le premier engin humain à se poser sur une comète, et Rosetta la première mission à suivre l’évolution d’une comète sur la durée (les précédentes missions ne faisaient que les survoler ponctuellement). Coût total du petit kif : 1,3 milliard d’euros.

  • Le CSA a refusé le passage “en clair” de trois chaînes, dont LCI, menacée de disparition des écrans

Nonce Paolini, PDG du groupe TFI, déclarait fin juillet qu’il souhaitait fermer la chaîne payante LCI si le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) refusait d’en autoriser le passage en TNT gratuite. Manque de bol, c’est précisément ce que le CSA a fait aussi bien pour LCI que pour Paris Première (M6) et Planète + (Canal +) le 29 juillet dernier, qui en avaient également fait la demande. Selon le CSA, “en dépit de leur intérêt et de leur qualité, toutes étaient de nature à créer des difficultés et des déséquilibres, portant atteinte à la préservation de la diversité éditoriale des chaînes diffusant actuellement sur la TNT gratuite.”

Et maintenant ? Le 25 juillet, Pierre Bergé, Xavier Niel et Pierre Pigasse, actionnaires majoritaires du groupe Le Monde, se déclaraient prêts à faire une offre de rachat sur LCI. Depuis, nada : aucune annonce officielle de fermeture de LCI n’ayant encore été effectuée, il semble que TF1 examine actuellement cette proposition. LCI, ça suffit ou ça suffit pas ?

  • Au Cambodge, les deux plus hauts dirigeants Khmers rouges encore en vie ont été condamnés à la prison à perpétuité

Les Khmers rouges ont détenu le pouvoir de manière extrêmement violente au Cambodge entre 1975 et 1979, après plusieurs années de guerre civile. Si leur principal dirigeant Pol Pot (Saloth Sâr) est décédé en 1998 avant d’avoir été jugé, d’autres pouvaient encore l’être. Un accord entre l’ONU et le gouvernement de Phnom Penh a en effet institué en 2003 un tribunal spécial pour juger les Khmers rouges, les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC).

Malgré les lenteurs et autres incidents rencontrés par les CETC, Nuon Chea et Khieu Samphan ont été condamnés le 7 août dernier pour « crimes contre l’humanité, d’extermination, de persécution politique, et d’autres actes inhumains”.

La décision est avant tout symbolique (les deux condamnés sont octogénaires, ce qui ne les a d’ailleurs pas empêché de faire appel) mais n’en reste pas moins historique. Un autre procès à leur encontre a débuté le 30 juillet, portant notamment sur les accusations de génocide contre les Vietnamiens et la minorité ethnique des Chams musulmans.

C’est arrivé aussi en août, mais je ne vais pas creuser …

… parce qu’il faut bien faire un choix :

  • Fin juillet, Mediapart dénonçait la préparation par les socialistes d’une “omerta sur la vie des affaires” avec une proposition de loi instaurant un délit de violation du secret des affaires. Sauf que c’est n’importe quoi, rien de bien surprenant : l’UE a fait une proposition en matière de protection du secret des affaires en novembre 2013 (voir ici pour des explications) et l’adoption de la directive européenne est prévue pour 2015, précisément parce que la France y résistait
  • La Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique a publié sur son site les déclarations d’intérêts de 920 parlementaires français (pas mal mais pas encore le niveau des Etats-Unis, où un adolescent a créé une application, Greenhouse, permettant d’identifier quels sont les lobbies des différents parlementaires américains)
  • Avec la découverte et la destruction des tunnels du Hamas entre la bande de Gaza et le territoire israélien, Israël a désormais une bonne excuse pour maintenir son occupation en Cisjordanie
  • Le vice-premier ministre turc ayant incité les femmes à faire preuve de décence en évitant de rire trop fort en public, celles-ci se sont mobilisées en réponse sur les réseaux sociaux en postant des photos d’elles riant à gorge déployée (and I feel good)
  • Le crash d’un vol Air Algérie au Mali fin juillet a tué 51 Français (sur 112 passagers)
  • Bank of America s’est vue infliger une amende record de 16,65 milliards de dollars ( 12,5 milliards d’euros) suite à la crise des subprimes (la banque était poursuivie aux Etats-Unis pour avoir menti à des investisseurs en leur vendant des dérivés de crédits hypothécaires risqués)
  • Les Etats-Unis et 50 chefs d’Etat africains se sont réunis pour un sommet historique du 4 au 6 août 2014 (même si la presse africaine s’interroge sur les objectifs américains, plus économiques que politiques)
  • Le 30 juillet, le New York Times publiait une enquête très complète sur les rançons de kidnappings payées à Al-Qaida et ses filiales depuis 5 ans, démontrant notamment que le kidnapping est la première source de financement du terrorisme.  Ah, et les pays européens, quoi qu’ils en disent, payent très souvent.
  • Dans la série “on aime le New York Times”, ce dernier et l’organisation Free Tibet démasquaient le 4 août de faux utilisateurs Twitter promouvant la présence chinoise au Tibet (dommage pour la propagande chinoise)
  • Le 25 juillet, les membres du Conseil de sécurité de l’ONU se déclaraient à l’unanimité “très inquiets de la situation d’insécurité alimentaire catastrophique au Soudan du Sud, qui est désormais la pire au monde”

… parce qu’il vaut peut-être mieux en parler le mois prochain :

  • La campagne pour le referendum sur l’indépendance écossaise a démarré (le référendum aura lieu le 18 septembre)
  • Iliad, filiale de Free, a fait une offre de 15 milliards de dollars sur l’opérateur T-Mobile, appartenant à Deustche Telekom, qui l’a rejetée en la jugeant insuffisante. Rien n’est joué, tout ce petit monde a plutôt l’air de discuter valorisation des actions ces temps-ci
  • Une soixantaine de députés français souhaitent obliger les supermarchés à donner leurs produits alimentaires invendus à des associations
  • Christine Lagarde, directrice générale du FMI depuis 2011, a été mise en examen le 27 août pour négligence dans l’arbitrage de l’affaire Tapie / Crédit Lyonnais, effectué en 2008 alors qu’elle était ministre de l’économie

… parce que finalement on s’en fout :

  • Le Ice Bucket Challenge (ou défi du seau d’eau glacée) contamine les réseaux sociaux avec des gens se jetant des seaux d’eau glacée sur des vidéos et défiant d’autres gens de faire la même chose. Ah, et de faire un don pour la recherche contre la sclérose latérale amyotrophique (ou maladie de Charcot)
  • Zara crée une polémique en raison d’un tee-shirt pour enfant “Shérif” (marinière, grande étoile jaune avec l’inscription “shérif”) ressemblant à une tenue de déporté de la Seconde Guerre Mondiale
  • McDonald’s France est parti pour réaliser la meilleure année de son histoire
  • La Chine est confrontée à un scandale de viande avariée (une usine fournissait de la viande périmée à McDonald’s et KFC)
  • Les Chiennes de garde et Osez le féminisme portent plainte contre la SNCF qui a parodié un site pornographique pour promouvoir des tarifs préférentiels destinés aux jeunes
  • Un maire FN repeint une oeuvre d’art (moche), l’artiste proteste, chacun y va de son commentaire
  • Le personnel au sol d’Air France appelle à la grève pour le 2 août (pour “la sauvegarde de l’emploi local” et “contre la sous-traitance”, ainsi que pour “l’abrogation de la loi Diard” imposant aux grévistes dans les transports de se déclarer individuellement 48 heures à l’avance pour permettre aux entreprises de mieux anticiper les grèves) puis pour la période du 15 au 22 septembre (pour pouvoir participer à un projet relatif à la  réorganisation à venir des réseaux court et moyen-courrier du groupe)
  • Microsoft porte plainte contre Samsung, l’accusant de ne plus respecter les conditions d’un accord sur des brevets (et finalement ils se sont mis d’accord)
  • Le meilleur pour la fin : Brad Pitt et Angelina Jolie se sont mariés

A vous de jouer !

Les sujets de Capsule sont sélectionnés via l’outil collaboratif Tricider et vous pouvez y participer en proposant des sujets, des liens, des commentaires... C’est par ici du 1er au 25 septembre :

The following two tabs change content below.
Fondatrice de Capsule, curieuse, stakhanoviste, entreprenante et enthousiaste

One Response

Laissez un commentaire